Reconnaissance du Haut-Karabakh par le Sénat français : la réponse de la Turquie

Les débats sur le Caucase n’ont pas encore connu son épilogue. Bien qu’un cessez-le-feu ait été signé depuis le 9 novembre 2020, le dossier reste toujours sur la table. Et c’est la France qui vient de franchir un cap. Le Sénat français vient de voter la reconnaissance du territoire du Haut-Karabakh. Un acte qui sort une fois encore la Turquie de son gond, mais avec un ton surprenant.

Le Sénat français passe à l’action

Alors que la guerre a cessé sur le terrain entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan pour la prise du Haut-Karabakh depuis le 9 novembre dernier, le dossier continue toujours par alimenter les débats dans les pays. Et c’est la France qui vient de poser un acte fort. Rappelons que le Haut-Karabakh qui fait l’objet de convoitise était un territoire de l’Union soviétique. Mais juste après l’éclatement de l’Union, ce petit territoire a proclamé son indépendance. Sauf que cette souveraineté n’est reconnue par aucune nation y compris l’Arménie qui reste son parrain.

Cependant, le Sénat français vient de franchir cette ligne. Cette institution a voté à l’unanimité des sénateurs présents, la reconnaissance du Haut-Karabakh. Portée par les sénateurs républicains et socialistes qui sont les deux parties majoritaires, cette proposition n’a pas été approuvée par le parti présidentiel. Mais étant en minorité, ce dernier n’a pu rien faire pour empêcher ce vote.

Ankara apaise le ton

Après ce vote de la reconnaissance du Haut-Karabakh, on n’aurait pu s’attendre à une réaction tranchante de la part de Recep Tayyip Erdogan. Mais contrairement aux pics envoyés à Emmanuel Macron ces dernières semaines sur d’autres sujets, c’est avec un ton réconciliant que le président turc s’est exprimé. Il a plaidé en faveur d’une coopération plus forte avec ses alliés et promet d’effectuer des réformes juridiques.

A lire :   Transition aux USA : voici les premières nominations de Joe Biden

D’aucuns pensent que ce discours est un appel du pied à l’endroit de l’Union européenne qui envisage de prendre des sanctions lors de son prochain sommet le 10 décembre 2020 contre Ankara pour son rôle joué dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan.