Transition aux USA : voici les premières nominations de Joe Biden

D’après la constitution américaine, l’investiture du nouveau président élu est prévue pour le 20 janvier 2021. Mais en attendant cette date, il est autorisé au nouveau président de commencer par former son cabinet. Si plusieurs des conseillers de Joe Biden sont déjà connus, ce sont les noms qui doivent composer son nouveau gouvernement qui retiennent l’attention. Et depuis lundi 23 novembre, certaines nominations sont déjà dévoilées.

Biden reprend ses anciens compagnons à la Maison-Blanche

Les premiers noms qui doivent composer le gouvernement du nouveau président américain élu sont connus. Et sans surprise, Joe Biden reprend à ses côtés les anciens compagnons avec qui il avait collaboré sous Obama. Comme d’habitude, la diplomatie et la sécurité restent deux départements importants dans la politique américaine. Et le nouveau président n’a pas pris de risque à ces deux postes.

En ce qui concerne le portefeuille du secrétaire d’État qui est l’équivalent du ministre des Affaires étrangères en France, c’est un ancien du système qui a été choisi. Il s’agit d’Antony Blinken. Diplomate chevronné, l’homme était déjà le numéro 2 de ce département sous Obama. S’agissant de la sécurité intérieure, c’est un Hispanique à la personne d’Alejandro Mayorkas qui hérite de ce poste. John Kerry, l’ancien secrétaire d’État fait aussi son retour. Il est nommé comme le représentant spécial du président pour le climat.

La gent féminine au rendez-vous

Au sein de cette équipe qui va accompagner le nouveau président pendant les quatre prochaines années, la gent féminine est aussi attendue. Un premier nom circule déjà sur les tabloïdes. Il s’agit de Janet Yellen. Âgée de 74 ans, cette femme a dirigé la puissante réserve fédérale pendant quatre ans (2014-2018). Elle est fortement pressentie pour gérer le trésor américain. Elle est une économiste très respectée qui fait l’unanimité au sein du parti démocrate.

A lire :   Reconnaissance du Haut-Karabakh par le Sénat français : la réponse de la Turquie